Le Maire interpelle le Minsitre de l'intérieur


Publié le 17 mai, 2018

Le Maire interpelle le Minsitre de l'intérieur

Nous les avons tous entendus, ici, à Saint-Pierre-lès-Elbeuf et ailleurs. Moto-cross, trial ou quad, depuis plusieurs mois, la commune tente de faire respecter la loi mais se heurte à de réelles difficultés de terrain.
Pour la police municipale et la police nationale, c'est le même constat : les interventions sont limitées car ces engins ne disposent pas de plaques d'immatriculation permettant de les identifier.  Pire, les risques sont trop importants en cas de poursuite dans une zone habitée.
Alors que faire ? Devant cette situation inextricable, Patrice Desanglois a fait le choix d'interpeller le Ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, le 22 août 2017 pour le sensibiliser à cette problématique et évoquer des solutions durables.

Sans réponse précise à son courrier, le Maire relance le Ministre de l'Intérieur :

" Monsieur le Ministre,

Par lettre du 22 août 2017, je vous interrogeais sur les dispositions qu’il serait opportun de prendre concernant la circulation urbaine et rurale des véhicules de types moto-cross, trial ou quad, la plupart du temps non immatriculés, qui provoquent beaucoup de désagréments, notamment sonores, et créent une insécurité réelle pour les riverains. J’y ajoutais la nécessité d’avoir également une réflexion fructueuse sur les procédures de vente commerciale et entre particulier de ces véhicules afin de renforcer le contrôle de leur utilisation.

Vous m’avez répondu le 11 septembre 2017, par courrier de votre Chef de Cabinet, m’indiquant que vous aviez pris connaissances avec attention de mes observations « aux fins d’un examen diligent de votre demande ». Malheureusement, à ce jour, je n’ai pas obtenu de réponse précise relative à ces problèmes qui continuent à perturber très sérieusement la vie quotidienne des habitants de nos communes, les polices nationale et municipales, se trouvant par ailleurs dépourvues de moyens pertinents pour les sanctionner, tant du fait de leur vitesse que de l’absence de plaque minéralogique.

Je vous demande par conséquent, Monsieur le ministre, de bien vouloir donner suite à votre lettre du 11 septembre dernier, en édictant des dispositions efficaces et pérennes qui puissent répondre à ces nuisances constantes.

Vous en remerciant par avance,

Je vous prie d’agréer, Monsieur le ministre, l’expression de ma haute considération.

 

Patrice DESANGLOIS,
Maire "